Histoire Elliant

Un peu d’histoire…

Les premières traces d’occupation humaine remontent au paléolithique, vers 50 000 avant J.C. Un important campement, vraisemblablement datant de l’Homme de Néanderthal a été retrouvé en contrebas du bourg. Ce devait être une station de chasse, liée au passage du grand gibier de la dernière glaciation (mammouths, rennes…).
Un groupe de nombreux migrants du nord du Pays de Galles densifie l’habitat très dispersé aux VIème et VIIème siècles, et établit un centre important à l’emplacement actuel du bourg. L’origine du nom Elliant date de cette époque, on lui trouve plusieurs sources :

  • celle d’un saint Elian du pays de Galles
  • la venue d’un clan de Lanellian dans la même région
  • un nom descriptif du deuxième étang « an eil yen »… Au moment de la Renaissance, il y a construction de manoirs et de chapelles de caractère comme la chapelle de Tréanna, qui date des années 1480.
    Au XVème siècle, une épidémie de peste décime la presque totalité de la population, qui dépassait alors les 7000 habitants. L’écrivain breton Théodore de la Villemarqué en fait le récit dans son ouvrage du « Barzaz Breizh ».

Durant l’automne et l’hiver 1787-1788, l’abbé Laënnec recueille au presbytère son neveu, René Laënnec, futur grand médecin et inventeur du stéthoscope.
A la révolution, la commune, séparée de ses anciennes dépendances de Rosporden, Loc Maria et Saint Yvi, comprend déjà les 7030 hectares actuels et environ 3000 habitants, qui deviennent plus de 4000 à la veille de la première guerre mondiale.
Après celle-ci, la mécanisation agricole provoque l’exode de près de la moitié de la population vers les zones de transformation voisines ou vers les régions parisienne, nantaise, angevine etc.